HELENE  VALLIER

 

 

Vrai nom : Hélène de Poliakoff.

Née à Paris (8ème) le 2 février 1932.

Décédée à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 1er août 1988.

 

 

Troisième des sœurs Poliakoff, la cadette en étant Marina Vlady, Hélène Vallier débuta comme petit rat à l'Opéra de Paris et se produisit, par la suite, au Théâtre des Capucines ainsi qu'à Tabarin, le cabaret de Pigalle.

 

Si sa carrière cinématographique fut certes moins glorieuse que celle de sa célèbre cadette, Hélène Vallier connut, par contre, des joies théâtrales nettement plus enthousiasmantes.

 

Elle débuta, en reprenant dans Ami-ami le rôle qu'avait créé son autre sœur, Odile Versois. Ensuite, ce fut L'homme de joie de Paul Géraldy auprès de Jean-Pierre Aumont, pièce dans laquelle son personnage s'appelait Mireille Vallier, ce qui explique son pseudonyme...

Puis, imposée par Henry de Montherlant (ce qui n'est pas rien !), elle joua Celles qu'on prend dans ses bras aux côtés de Victor Francen et de Gaby Morlay.  Viennent ensuite : La jeune fille Violaine de Paul Claudel,  Les trois sœurs et  Oncle Vania de Tchekhov, etc.

 

Elle enseignait le théâtre au Conservatoire d'art dramatique de Saint-Germain-en-Laye.

 

Divorcée du comédien Alain Quercy, par ailleurs fils de l'ancien ministre Christian Pineau, elle se remarie avec Michel Lesnoff avec qui elle a trois enfants : Alexandre, Michel et Catherine.

 

Elle décède, âgée de 56 ans, des suites d'une hémorragie cérébrale.

 

 

FILMOGRAPHIE

 

1951  Roma ore 11 / Onze heures sonnaient, de Giuseppe de Santis, avec Raf Vallone.

1953  Saadia, d'Albert Lewin, avec Cornel Wilde.
          Penne nere / Plumes noires, d'Oreste Biancoli, avec Marcello Mastroianni.

          Raspoutine, de Georges Combret, avec Pierre Brasseur.

1955  Sophie et le crime, de Pierre Gaspard-Huit, avec Peter van Eyck.

          Le crâneur, de Dimitri Kirsanoff, avec Raymond Pellegrin.

1956  Pardonnez nos offenses, de Robert Hossein, avec Pierre Vaneck.

1957  Méfiez-vous fillettes, d'Yves Allégret, avec Robert Hossein.

1959  Le dialogue des Carmélites, de R. P. Bruckberger et Philippe Agostini, avec Jeanne Moreau.

1969  La maison des Bories, de Jacques Doniol-Valcroze, avec Mathieu Carrière.
          La main, de Henri Glaeser, avec Michel Duchaussoy.

1971  Le sauveur, de Michel Mardore, avec Horst Buchholz.

1972  Beau masque, de Bernard Paul, avec Jean-Claude Dauphin.

1973  Salut l'artiste, d'Yves Robert, avec Marcello Mastroianni.
1974  Toute une vie, de Claude Lelouch, avec André Dussolier.

1975  Love and Death / Guerre et amour, de et avec Woody Allen.
          La sensitive, court métrage de Philippe Prince.

1976  Le juge Fayard dit le Shérif, d'Yves Boisset, avec Patrick Dewaere.
          Dernière sortie avant Roissy, de Bernard Paul, avec Pierre Mondy.
1977  Le portrait de Dorian Gray, de Pierre Boutron, avec Marie-Hélène Breillat.

1978  Cinq cent grammes de foie de veau, de Henri Glaeser, court métrage.

          L'amour en question, d'André Cayatte, avec Michel Galabru.

          L'adolescente, de Jeanne Moreau, avec Simone Signoret.
          L'argent des autres, de Christian de Chalonge, avec Jean-Louis Trintignant.
1981  Chanel solitaire, de George Kaczender, avec Marie-France Pisier.

1982  Boulevard des assassins, de Boramy Tioulong, avec Victor Lanoux.

1985  Le caviar rouge, de et avec Robert Hossein.
1988  Ach so, court métrage de Gilbert Scher.

 

© Yvan Foucart – Dictionnaire des comédiens français disparus. (10.02.2005)