Romy Schneider

 

 

 

 

Date de naissance     23 septembre 1938

Date de décès            29 mai 1982

Nom                           Rose-Marie Magdalena Albach-Retty

 

 

 

 

ACTRICE

 

 

 

 

BIOGRAPHIE :

 

            Petite-fille de Rosa Albach-Retty, fille de Wolf Albach-Retty et de Magda Schneider, Rose-Marie Magdalena Albach-Retty voit le jour le 23 septembre 1938, à Vienne en Autriche. Enfant perturbée par le divorce de ses parents en 1945, elle poursuit malgré tout une scolarité studieuse dans les meilleurs établissements autrichiens.

 

            En 1953, Rose-Marie entre à l’école des Beaux Arts de Cologne. La même année, elle est engagée par le producteur Kurt Ulrich dans «Lilas blancs» aux côtés de sa mère qui supervise aussi sa carrière. En 1954, devenue Romy Schneider, elle tourne son premier grand succès: «Les jeunes années d’une reine» d’Ernst Marischka, un film sur la jeunesse de la Reine Victoria 1ère d’Angleterre. Les années suivantes, toujours sous la direction de Marischka, elle interpréte l’Impératice Sissi dans un triptique romanesque qui sera un triomphe planétaire. En 1958, elle casse son image de jeune fille sage en jouant dans «Jeunes filles en uniforme», un film sur les amitiés sulfureuses entre les étudiantes d’un pensionnat et de leur instructrice interprétée par Lilli Palmer. Toujours en 1958, en France, elle tourne dans «Christine» avec Alain Delon, avec qui elle entretient une relation amoureuse passionnelle. Ils se sépareront en 1962.

 

            Dans les années soixante, la carrière de Romy Schneider s’internationalise. Elle offre alors son talent aux plus grands cinéastes, parmi lesquels : Robert Siodmak dans «Katia»  (1960), Luchino Visconti dans un sketch de «Boccace 70» (1961), Orson Welles dans «Le procès» (1962), Otto Preminger dans «Le cardinal»  (1963) et Jules Dassin dans «10 heures 30 du soir en été» (1964). En 1968, Romy retrouve son amour de jeunesse : Delon, dans «La piscine» de Jacques Deray, où une nouvelle fois elle brise son image en interprétant une femme libre. L’année suivante, elle récidive dans «Les choses de la vie» de Claude Sautet, avec celui qui va devenir son partenaire privilégié et son ami : Michel Piccoli. Elle est alors au sommet de son art et de sa beauté.

 

            Dans les années soixante-dix, Romy Schneider travaille essentiellement en France. Elle retrouve Claude Sautet à quatre reprises pour «Max et les ferrailleurs» (1971), «César et Rosalie» (1972), «Mado» (1976) et «Une histoire simple» (1978). Elle tourne aussi pour d’autres grands noms, parmi lesquels : Andrzej Zulawski pour «L’important c’est d’aimer» (1974), rôle  magnifique qui lui vaut son premier César, Robert Enrico pour «Le vieux fusil» (1975) et Bertrand Tavernier pour «La mort en direct» (1979). En 1978, elle remporte un second César pour «Une histoire simple» de Sautet.

 

            En 1981, après le décès tragique de David, le fils quelle eut de son premier mariage avec Harry Meyen, elle s’éloigne de la vie publique et sombre dans la dépression. Romy Schneider trouve malgré tout la force de tourner dans «La passante du Sans-Souci» de Jacques Rouffio, interprétation très émouvante sur les relations d’une mère et de son fils sur fond de guerre. Inconsolable depuis la disparition de David, Romy Schneider meurt prématurément le 29 mai 1982, à son domicile parisien, victime d’une crise cardiaque. Autrichienne de naissance mais française de cœur, elle laisse une carrière exemplaire et une fille : Sarah, née de son union avec Daniel Biasini.

 

 

 

 

FILMOGRAPHIE :

 

1953        o             Lilas blancs ( wenn der weiße flieder wieder blüth ) de Hans Deppe

                                               avec Magda Schneider

                o             Feu d’artifice ( feuerwerk ) de Kurt Hoffmann

                                               avec Lilli Palmer

1954        o             Les jeunes années d’une reine ( mädchenjahre einer königin ) de Ernst Marischka

                                               avec Adrian Hoven

1955        o             Mam’zelle Cri-Cri ( die deutschmeister ) de Ernst Marischka

                                               avec Siegfried Brewer Jr.

                o             Sissi ( Sissi… Und ewig bleit die liebe ) de Ernst Marischka

                                               avec Karlheinz Böhm

                o             Mon premier amour ( der letzte mann ) de Harald Braun

                                               avec Hans Albers

1956        o             Sissi impératrice ( Sissi – Die junge kaiserin ) de Ernst Marischka

                                               avec Magda Schneider

                o             Kitty ( Kitty und die große welt ) de Alfred Weidenmann

                                               avec O.E. Hasse

1957        o             L’ange des  pauvres / Un  petit coin  de paradis ( Robinson  soll  nicht sterben ) de Josef von

                                               Báky avec Erich Ponto

                o             Mompti – de Helmut Käutner

                                               avec Horst Buchholz

                o             Sissi face à son destin ( Sissi – Schicksalsjahre einer kaiserin ) de Ernst Marischka

                                               avec Karlheinz Böhm

1958        o             Mademoiselle Scampolo ( Scampolo ) de Alfred Weidenmann

                                               avec Paul Hubschmid

                o             Eva ( die halbzarte ) de Rolf Thiele

                                               avec Carlos Thompson

                o             Jeunes filles en uniformes ( mädchen in uniform ) de Géza von Radványi

                                               avec Paulette Dubost

                o             Christine – de Pierre Gaspard-Huit

                                               avec Alain Delon

1959        o             Mademoiselle Ange ( ein engel auf Erden ) de Géza von Radványi

                                               avec Henri Vidal

                o             La belle et l’empereur / La belle menteuse ( die schöne lügnerin ) de Axel von Ambesser

                                               avec Jean-Claude Pascal

                o             Plein soleil – de René Clément

                                               avec Marie Laforêt

·         Seulement apparition

1960        o             Lysistrata ( die sendung der Lysistrada ) de Fritz Kortner

                                               avec Barbara Rütting

                o             Katia / Une jeune fille, un seul amour ( Katja, die ungekrönte kaiserin ) de Robert Siodmak

                                               avec Curd Jürgens

1961        o             Boccace 70 (  boccacio 70 ) de Luchino Visconti, Federico Fellini, Mario Monicelli  & Vittorio

                                               De Sica avec Tomas Milian

·         Segment « Il lavoro » de Luchino Visconti

                o             Le combat dans l’île – de Alain Cavalier

                                               avec Jean-Louis Trintignant

1962        o             L’amour à la mer – de Guy Gilles

                                               avec Geneviève Thenier

                o             Le procès ( the trial ) de Orson Welles

                                               avec Anthony Perkins

                o             Les vainqueurs ( the victors ) de Carl Foreman

                                               avec George Hamilton

1963        o             Le cardinal ( the cardinal ) de Otto Preminger

                                               avec Tom Tryon

                o             L’enfer – de Henri-Georges Clouzot              

                                               avec Mario David

·         Inachevé

1964        o             10 heures 30 du soir en été ( 10 :30 PM summer ) de Jules Dassin

                                               avec Peter Finch

                o             Prête-moi ton mari / ce sacré Sam ( good neighbor Sam ) de David Swift

                                               avec Jack Lemmon

                o DO      Romy. Anatomie eines gesichts – de Hans-Jürgen Syberberg

·         Seulement apparition

1965        o             Quoi de neuf, Pussycat ? ( what’s new, Pussycat ? ) de Clive Donner

                                               avec Peter O’Toole

                o             Paris brûle t-il ? – de René Clément

                                               avec Kirk Douglas

1966        o             La voleuse – de Jean Chapot

                                               avec Michel Piccoli

                o             La fantastique histoire vraie d’Eddie Chapman ( triple cross ) de Terence Young

                                               avec Christopher Plummer

1967        o             Otley – de Dick Clement

                                               avec Tom Courtenay

1968        o             La piscine – de Jacques Deray

                                               avec Jane Birkin

1969        o             L’inceste ( my lover my son ) de John Newland

                                               avec Donald Houston

                o             Les choses de la vie – de Claude Sautet

                                               avec Lea Massari

1970        o             Bloomfield ( the hero ) de Richard Harris

                                               avec Richard Harris

                o             Qui ? ( il cadavere dagli artigli d’acciaio ) de Léonard Kriegel

                                               avec Maurice Ronet

                o             La Califfa – de Alberto Bevilacqua

                                               avec Ugo Tognazzi

1971        o             Max et les ferrailleurs – de Claude Sautet

                                               avec François Périer

                o             L’assassinat de Trotsky ( the assassination of Trotsky ) de Joseph Losey

                                               avec Richard Burton

1972        o             Le crépuscule des dieux ( Ludwig ) de Luchino Visconti

                                               avec Helmut Berger

                o             César et Rosalie – de Claude Sautet

                                               avec Sami Frey

                o             Le train – de Pierre Granier-Deferre

                                               avec Jean-Louis Trintignant

1973        o             Un amour de pluie – de Jean-Claude Brialy

                                               avec Nino Castelnuovo

                o             Le mouton enragé – de Michel Deville

                                               avec Jean-Pierre Cassel

                o             Le trio infernal – de Francis Girod

                                               avec Andréa Ferréol

1974        o             L’important c’est d’aimer – de Andrzej Zulawski

                                               avec Klaus Kinski

·         César de la meilleure actrice, France

                o             Les innocents aux mains sales – de Claude Chabrol

                                               avec Rod Steiger

1975        o             Le vieux fusil – de Robert Enrico

                                               avec Philippe Noiret

1976        o             Mado – de Claude Sautet

                                               avec Charles Denner

                o             Une femme à sa fenêtre – de Pierre Granier-Deferre

                                               avec Victor Lanoux

1977        o             Portrait de groupe avec dame ( gruppenbild mit dame ) de Alksandar Petrovic

                                               avec Brad Dourif

·         Prix d’Or du cinéma d’interprétation féminine aux prix du cinéma germanique, Allemagne

1978        o             Une histoire simple – de Claude Sautet

                                               avec Bruno Cremer

·         César de la meilleure actrice, France

                o             Liés par le sang ( bloodline / Sidney Sheldon’s bloodline / blutspur ) de Terence Young

                                               avec Ben Gazzara

1979        o             Clair de femme – de Costa-Gavras

                                               avec Yves Montand

                o             La mort en direct ( deathwatch ) de Bertrand Tavernier

                                               avec Max von Sydow

1980        o             La banquière – de Francis Girod

                                               avec Claude Brasseur

                o             Fantôme d’amour ( fantasma d’amore ) de Dino Risi

                                               avec Marcello Mastroianni

1981        o             Garde à vue – de Claude Miller

                                               avec Lino Ventura

                o             La passante du Sans-Souci / La passante – de Jacques Rouffio

                                               avec Michel Piccoli

 

Remerciements à Angélique CHMILEWSKY

 

© Philippe PELLETIER – CINEARTISTES.COM,  pour Les Gens du Cinéma (mise à jour 29/05/2005)