Jester Naefe

 

 

 

 

Date de naissance     : 12 septembre 1924

Date de décès            : 6 juillet 1967

Nom                           : Jester Helene Naefe

 

 

 

 

ACTRICE

 

 

 

 

BIOGRAPHIE :

 

            Issue d’un milieu modeste (son père est chauffeur de poids lourds), Jester Helene Naefe voit le jour le 12 septembre 1924, à Vienne. Pendant sa scolarité dans la capitale autrichienne, la jeune fille développe une passion pour le théâtre. Au début des années quarante, après l’annexion de son pays natal par l’Allemagne nazie, elle suit des études d’art dramatique à l’Ackermann Theater de Berlin.

 

            Durant cette période, la jolie jeune fille fait ses débuts sur scène et se produit, entre autres, au Breslauer Schauspielhaus de Breslau et sur les planches du Théâtre de Hambourg. En 1948, le producteur-réalisateur Rolf Meyer la remarque et l’engage. L’année suivante, elle entame sa carrière cinématographique. Malgré des rôles secondaires, sa beauté rayonne dans deux productions de Meyer: «Diese nacht vergess ich nie» de Johannes Meyer et «Das fräulein und der vagabund» d’Albert Benitz.  C’est le moment qu’elle choisit pour épouser le riche homme d’affaires hongrois Alfred Tauszky.

 

            En 1950, le couple Tauszky s’installe à Hambourg où Jester donne naissance à une fille: Vivian. Elle abandonne alors sa carrière d’actrice pour s’occuper de sa petite famille.  Mais, rapidement, le conte de fée tourne au cauchemar. En effet, Alfred Tauszky connaît des revers de fortune et se voit poursuivi par la justice allemande pour fraude fiscale. Tous deux en souffrent énormément: au cours d’une réception à Bad Oldesloe, son mari la frappe publiquement au visage. Finalement, Alfred s’enfuit vers l’Italie en juin 1951 et Jester le rejoint peu de temps après. Les Tauszky s’installent dans une luxueuse villa de Rome où naît une seconde fille, Silvia. Cependant, en 1953, écrasé par les dettes, Alfred délaisse sa famille et quitte définitivement l’Europe pour Caracas, au Venezuela. Sa femme retourne en Allemagne et décide de reprendre sa carrière de comédienne.

 

            Doté d’une beauté flamboyante, Jester Naefe renoue très vite avec le milieu artistique. En 1954, elle fait la couverture du célèbre magazine Film Revue. On l’appelle alors la Marilyn Monroe allemande et très vite, elle reprend le chemin des studios. Elle apparaît dans une douzaine de films dans la deuxième partie des années cinquante, parmi lesquels: «Le destructeur» (1954) de G.W. Pabst, aux côtés de Curd Jürgens; «Stern von Rio» (1955) de Kurt Neumann; «Le congrès s’amuse» (1956) de Franz Antel et «Le pont d’or» (1956) de Paul Verhoeven. En 1956, elle divorce enfin d’Alfred Tauszky.

 

            En 1957, sur le tournage de son dernier film «La  ragazza  della  Salina», une coproduction germano-italienne réalisée par Frantisek Cáp, avec Marcello Mastroianni et Mario Adorf, Jester Naefe tombe et se cogne la tête, suite à une scène de bagarre avec Isabelle Corey. Cet accident lui provoque de violents maux de tête et la laisse quelque temps paralysée. Elle reprend malgré tout le tournage et termine le film dans la souffrance.

 

            Par la suite, Jester Naefe doit refuser tout engagement pour suivre des tests médicaux dans un hôpital de Munich. Très vite, les médecins diagnostiquent une sclérose en plaque.

 

            Elle décède dix ans plus tard, le 6 juillet 1967, à Geretsried, en Bavière, entourée par ses proches mais oubliée de tous.

 

 

 

 

FILMOGRAPHIE :

 

1949        o             Diese nacht vergess ich nie – de Johannes Meyer

                                               avec Gustav Fröhlich

                o             Der bagnosträfling – de Gustav Fröhlich

                                               avec Paul Dahlke

                o             Wer bist du, den ich liebe? – de Géza von Bolváry

                                               avec Iván Petrovich

                o             Das fräulein und der vagabund – de Albert Benitz

                                               avec Hardy Kruger

1954        o             Die kleine stadt will schlafen gehen / Die sieben sünder – de Hans H. König

                                               avec Alexander Golling

                o             Das kreuz am jägersteig – de Hermann Kugelstadt

                                               avec Gert Froebe

                o             Le destructeur ( das bekenntnis der Ina Kahr ) de Georg Wilhelm Pabst

                                               avec Curd Jürgens

                o             Die spanische fliege – de Carl Boese

                                               avec Paul Henckels

1955        o             Stern von Rio – de Kurt Neumann

                                               avec Willy Fritsch

                o             Ihr leibregiment – de Hans Deppe

                                               avec Wolf Albach-Retty

                o             Sonnenschein und wolkenbruch – de Rudolf Nussgruber

                                               avec Hans Holt

                o             Mamitschka – de Rolf Thiele

                                               avec Rudolf Platte

1956        o             Le congrès s’amuse ( der kongreß tanzt ) de Franz Antel

                                               avec Hans Moser

                o             Lumpazivagabundus – de Franz Antel

                                               avec Paul Hörbiger

                o             Le pont d’or ( die goldene brücke ) de Paul Verhoeven

                                               avec Paul Hubschmid

1957        o             La ragazza della Salina / Harte männer, heiße liebe: Mâdchen und männer – de Frantisek

                                               Cáp avec Marcello Mastroianni

 

Remerciements à Angélique CHMILEWSKY

 

© Philippe PELLETIER pour Les Gens du Cinéma (mise à jour 17/02/2005)