Manda PARENT

 

 

Née le 16 juillet 1907 à Montréal, Québec.

Décédée le 3 août 1992 à Montréal, Québec.

Vrai nom : Marie-Jeanne Perreault

 

ACTRICE

 

 

Biographie :

 

Manda Parent est une des pionnières des temps du burlesque québécois les plus connues de la belle province. Née à Montréal au tout début du XXe siècle, elle reçoit comme nom de baptême Marie-Jeanne-Aurore Perreault, et se démarque, dès les années 20, en interprétant le rôle-titre de La petite Aurore, l’enfant-martyr. Elle affirma, bien des années plus tard, qu’elle avait obtenu le rôle en raison de son prénom! Du moins, c’est que l’on retrouve écrit dans la biographie d’une de ses grandes amies, la comédienne Juliette Pétrie.

 

C’est d’ailleurs cette dernière qui lui permet de débuter professionnellement dans sa troupe montréalaise à partir de 1926. Son mari de l’époque, Arthur Pétrie, l’avait remarqué dans un petit rôle qu’elle tenait en compagnie des comédiens Avi Rosenberg et Paul Hébert au Théâtre National. Impressionné par sa verve, son sens de la réplique et son talent de comique né, il l’engage en compagnie d’Eugène Martel. Martel trouvant que son prénom ne sonnait pas réellement comme « nom de scène » suggéra à Marie-Jeanne-Aurore d’adopter celui de Manda Parent. Ce dernier, changeant lui aussi de nom pour le très commun Joseph Martel. Dès lors, le couple « Joseph et Manda »  sera présent sur la plupart des scènes de cabaret montréalais dès la fin des années 20.

 

Elle y restera, et ce pour les vingt prochaines années, seule ou avec Eugène Martel, participant à la plupart des revues présentées par la troupe de Ti-zoune (Olivier Guimond, père) ou avec celles de "la Bolduc" (Mary Bolduc) dans les années 1930.

 

A partir des années 30, Manda Parent aura été une partenaire régulière des spectacles ou des revues présentés par Rose Ouellette. Elle y côtoiera les célèbres Juliette Huot, Alys Robi, Juliette Petrie, et Olivier Guimond fils et père (entre autres) au Théâtre National. Elle les accompagnera dans plusieurs tournées partout au Québec, aux États-Unis ou au Nouveau-Brunswick. Elle y créera un sketch passé à l’histoire, «Trois heures du matin», avec son partenaire Olivier Guimond.

 

Les spectacles de cabaret s’éteindront graduellement, et Manda se verra obligée de se tourner vers le théâtre comique, ayant la chance de suivre ses partenaires de scènes au Théâtre des Variétés de Gilles Latulippe qui lui laissera la chance d’y terminer sa carrière au début des années 80.

 

Manda Parent, après avoir quitté les tournées provinciales, reviendra s’installer à Montréal et commencera une carrière au cinéma. On la verra ainsi dans trois films de Jean-Claude Lord (Les colombes, Bingo et Parlez-nous d’amour) mais ce sera son rôle de Germaine Lauzon, adaptation réussie de la pièce Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay qui permettra au public québécois d’apprécier toute la justesse du talent de Manda Parent dans le film Il était une fois dans l’Est en 1974. Le petit écran l’emploiera plus sagement, mais elle pourra mettre sa petite touche personnelle comique pour son personnage de Madame Pigeon dans l’émission télévisée, Symphorien.

 

Puis elle se retira au début des années 80 et s’éteindra le 3 août 1992 à l’âge de 85 ans.

 

 

ACTRICE

 

 

Filmographie:

 

1971       -               L’apparition : de Roger Cardinal

avec Jean Coutu

1972       -               Les colombes : de Jean-Claude Lord

avec Jean Besré

1973       -              Il était une fois dans l'Est : de André Brassard

avec Denise Filiatrault

1974       -               Bingo : de Jean-Claude Lord

 avec Janine Fluet

1976       -               Parlez-nous d’amour : de Jean-Claude Lord

avec Anne Létourneau

1978       -               Éclair au chocolat : de Jean-Claude Lord

avec Lise Thouin

1979       -               Suzanne : de Robin Spry

avec J-Léo Gagnon

 

 

© Alexandre CARLE pour les Gens du Cinéma (Mise à jour 15/07/2011)