Judith ABITBOL

 

 

Née à Casablanca (Maroc) le 17 Décembre 1958

 

 

 

REALISATRICE ET SCENARISTE

 

 

                        La Création comme premier asile.

 

Enfant, je rêvais les yeux ouverts d’une guérite démontable et transportable à l’abri de laquelle je pourrais vivre le monde. Tout y était, douche, toilettes, lit, fenêtre. J’ai passé un temps infini à construire dans ses moindres détails, cet asile.

 

Un soir, à la télévision, je vis ma guérite, presque la même, dans un film de Jean-Pierre Melville: L’armée des ombres. Paul Meurisse s’y enfermait pour d’autres raisons que les miennes.  J’ai été meurtrie par la découverte qu’une idée ne nous appartient jamais tout à fait et oubliai ce rêve en me mettant à écrire et à peindre.

 

La musique -qui compte plus que tout pour moi- et la littérature m’ont sauvée de cette première déception.

 

A onze ans, je reçus en cadeau une caméra Super 8mm. Je construisis alors de très courts films, fragments de regards par centaines, poétiques, expérimentaux, réalistes, documentaires, familiaux. Et cet indicible plaisir, cette mystérieuse necessité à décider, l’œil vissé à la caméra, de ce que je regarde et de comment le saisir, ne me quitta plus. Je retrouvais ainsi l’idée première de ma guérite. Je rêvais d’inscrire ces fragments dans d’autres espaces que celui de ma chambre à coucher plongée dans l’obscurité, où je projetais mes films sans cesse.

 

J’ai, pour ainsi dire, campé des années durant à la Cinémathèque de Chaillot où je me suis peuplée de films, de vies, d’expériences. Je souhaitais un Cinématographe où tout serait permis puisque je l’aimais absolument.

 

Plus tard, pour rassurer mes parents inquiets de ces débordements créatifs qui n’annonçaient rien de bien lucratif, j’ai passé quelques années dans une faculté parisienne à étudier le cinéma et la littérature. Le besoin d’agir m’a vite amenée à des stages puis des assistanats de montage.

 

C’était pour moi le lieu idéal où comprendre de quoi et comment un film est fait.

 

Je réalise un premier court-métrage, Le navire, tourné en une journée, financé de peu, libre et musical, suivi d’autres courts, très courts, moyens, longs, fictions, fictions documentaires, qui ont presque tous comme caractéristiques d’avoir été tournés en toute liberté et souvent avec des financements privés. Autour de ces films, une bande s’était créée décimée peu à peu par le sida.

 

Je continue d’avancer sur mon chemin, choisissant toujours d’avoir une vie et non une carrière.

 

ã Judith ABITBOL pour Les Gens du Cinéma (Mise à jour 25/04/2008)

 

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

 

1983  Le Navire

(7’30 – 16mm N&B)

Primé à la Qualité du C.N.C.

Nombreux Festivals

 

1985  Prêté

                               avec Emmanuelle Riva, Charlotte Roudault

(6’40 – Super 16mm Co.)

Nombreux Festivals

 

1986  Week End

(Super 16mm Couleur)

Co-Production avec Karine Loubet de 10 Films de moins de 1’30 réalisation de 7 d’entre eux.

Nombreux Festivals

 

1989  Un moment d’ inattention

(1’30 – 35mm)

 

                Conserves de lumière

(8’ – Super 16mm)

La Sept/Arte

 

1990  Ma mère chante

                               avec Pascal Queneau, Paula De Oliveira, Gladys De Bellida

(2’ – 35mm Co.)

Nombreux Festivals

 

1991  Avanti o popolo

(75’ – 35 mm Co.)

Inédit, Rencontres Cinématographiques de Digne-les-Bains

 

1994-2000       La spirale du pianiste

                                               avec Jean-Louis Haguenauer

(100’ – Super 16mm Co.)

Sortie Nationale le 14 Juin 2000

 

1996  Prélude à Debussy, Jean-Louis Haguenauer pianiste

(30’ – Super 16mm Co.)

Arte

 

1999  Qui n’ a pas combattu n’ a pas vécu

(2’ – Vidéo Numérique Co.)

Manifeste pour le 8 Mars – Réalisation Collective

 

2003  Outsight

(7’27 – Vidéo Numérique Co.)

 

2004  Vidéoexquise 1

(17’ – Vidéo Numérique Co.)

Co-Réalisation Martine Zévort

 

                Toilettage de founes

(5’ – Vidéo Numérique Co.)

Canal +

 

2005  Avant le jour

                               avec Nathalie Richard, Laurence Madani, Jocelyne Valentino, Halinka Mondselewski, Albert Pigot, Manuel Jover

(73’ – Vidéo Numérique Co.)

Sortie en  Salles: Paris 31 Janvier 2007

 

2006  Something in common

(60’ – Vidéo Numérique Co.)

Atopic, Christophe Gougeon

Diffusion sur Mezzo prévue en 2008

 

2008  Fat Kid Wednesdays

(60’ – Vidéo Numérique Co.)

Atopic, Christophe Gougeon

Concert Filmé sortie DVD avec album prévue en 2008

 

 

PROJETS

 

                Et vous, comment ça va aujourd’ hui ? Long Métrage - Documentaire

                Lorie Down Down  Récit en cours d’écriture

                Minnesota sur Seine 2008  Tournage prévu en Mai 2008

                1000 secousses, Thomas Bernhard  Spectacle Théâtral et Vidéo avec Nathalie Richard

                A bas bruit  Long Métrage en cours de financement

 

 

ã Jean-Pascal CONSTANTIN avec Judith ABITBOL pour Les Gens du Cinéma (Mise à jour 25/04/2008)